Voyager, quel bonheur! Mais moins lorsqu’on est entassés comme des sardines…

exotisme_2

Voyager, quel bonheur ! Explorer le monde sac au dos ou prendre de luxueuses vacances sur une plage à des milliers de kilomètres de chez soi et parcourir cette distance en seulement quelques heures ? Quel privilège extraordinaire ! Malheureusement, par les temps qui courent, le vol en avion lui-même ressemble davantage à une épreuve d’endurance qu’à une expérience privilégiée. Dommage ! Surtout lorsque nos os se font vieillots… Vous souvenez-vous de votre première envolée ? De l’extase de s’arracher à la gravité? De la sensation de liberté à nulle autre pareille que procure le fait d’admirer le monde de haut, comme le font les oiseaux ? Depuis l’exploit, en 1903, des frères Orville et Wilbur Wright, les deux célèbres pionniers américains de l’aviation, les êtres humains sont de plus en plus nombreux chaque année à transiter d’un bout à l’autre de notre planète qui, de gigantesque qu’elle semblait être au début du siècle dernier, nous semble aujourd’hui toute petite.

United Airline

Trois milliards de passagers

Selon un récent article du Figaro, près de 3 milliards de personnes se déplacent dorénavant en avion chaque année. Inimaginable il y a peu de temps non ? Réputé sûr, ce moyen de transport s’est hautement démocratisé, notamment en raison du fait que le prix des billets n’a à peu près pas augmenté au cours des trente dernières années. Ce qui a changé, par contre, ce sont les services en vol… Misère ! Dans nos avions bondés, il y a de moins en moins de place pour les jambes et il faut se tenir les coudes de plus en plus près du corps. Sans compter que les repas gratuits ne sont, la plupart du temps, plus qu’un souvenir, qu’il faut de plus en plus fréquemment payer un supplément pour avoir le privilège d’enregistrer des bagages, qu’il nous faut dorénavant nous débrouiller nous-même pour imprimer nos cartes d’embarquement et que les sourires et la bonne humeur des agents de bord sont devenus facultatifs. Et que dire de l’humiliation de se faire fouiller minutieusement par les services de sécurité de TOUS les aéroports où l’on fait escale, après s’être fait dépouiller de notre veste et de nos chaussures…

Avion

Qu’à cela ne tienne, l’aventure, c’est l’aventure ! 🙂

Au départ de la ville de Québec cette année, la compagnie Transat déploie l’artillerie lourde pour bonifier ses escapades exotiques en offrant à ses passagers des avions à l’intérieur remodelé offrant des sièges en cuir italien et plus d’espace pour chaque passager.

« L’objectif est que notre clientèle puisse se sentir en vacances en mettant les pieds dans l’avion. Quand le vol est confortable et agréable, on a trois heures de vacances de plus à l’aller et au retour », a judicieusement fait remarquer, en conférence de presse, madame Debbie Cabana, porte-parole de Transat.

Jusqu’au 22 décembre, la compagnie desservira les passagers voyageant au départ de l’aéroport de Québec avec un Airbus A310. « Il y a un éclairage d’ambiance complètement redessiné et on a changé les anciens sièges pour des nouveaux, plus ergonomiques, plus confortables et offrant plus d’espace personnel », a précisé la porte-parole.

La Classe Club, située à l’avant de l’appareil, propose des écrans indépendants dans chacun des sièges. Chanceux va !

Après le 22 décembre, à l’arrivée de la haute saison, c’est le grand frère de l’Airbus A310 qui sera utilisé, soit l’Airbus A330, également rénové. L’appareil possède 345 places.

«Il est plus gros et on y propose des divertissements « à la carte » grâce à des écrans télé tactiles intégrés à chaque siège, même en classe économique», a précisé madame Cabana. Grand bien nous fasse ! Surtout que l’enregistrement des bagages est gratuit et que les repas et les boissons pris en vol le sont aussi ! Espérons que les sourires sont en prime. Au départ de Québec, Air Transat nous offre pas moins de dix destinations cet hiver, soit : Cayo Coco, Cayo Santa Maria, Holguin, Varadero, Montego Bay, Cancun/Riviera Maya, La Romana, Samana (nouveauté), Puerto Plata et enfin Punta Cana. On se voit là-bas ?

Avion4

AirTransat

Publicités

2 réflexions au sujet de « Voyager, quel bonheur! Mais moins lorsqu’on est entassés comme des sardines… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s