À Toronto, les enfants sont des héros!

Toronto1

Avec ses 2.5 millions d’habitants, Toronto, métropole du Canada, est aujourd’hui la cinquième ville d’Amérique du nord par sa taille. C’est surtout une citée multiculturelle fort animée, où les quartiers ethniques, aux couleurs et aux saveurs distinctives, côtoient de très beaux parcs, fleurons de son héritage anglo-saxon. Regorgeant de musées, de boutiques, de restaurants et d’une foule d’attractions, la capitale ontarienne a de quoi séduire autant les enfants que leurs parents !

Toronto2Été comme hiver, la ville propose une incroyable variété d’activités, pour toute la famille. La tour du CN, parmi les plus élevées du monde, ainsi que les chutes du Niagara, réputées pour leur beauté naturelle, demeurent des incontournables. Mais il y a plus, beaucoup plus encore.

À commencer par le Paramount Canada’s Wonderland, premier parc thématique du genre au pays, situé à environ 30 minutes du centre-ville. Vos enfants pourront y serrer la pince à des personnages aussi populaires chez nous que Fred Cailloux et sa joyeuse bande, le chien Scooby Doo ou les vedettes de Star Trek. Le parc comporte plus de 180 attractions et manèges, dont les seules montagnes russes suspendues au Canada. De quoi vous garder les cheveux dressés sur la tête plus d’une journée!

Toronto-Casa-Loma

Si la vie de château vous intéresse autant qu’elle fascine les enfants, amenez-les plutôt à  la Casa Loma. Il s’agit de la demeure de l’excentrique colonel Sir Henry Mill Pellatt (décédé en 1939), dont l’originalité tient au fait qu’elle a l’apparence d’un immense château écossais, doté de dépendances. La «maison», de plus de 98 pièces, comprend un vaste hall pouvant accueillir 500 invités, une bibliothèque de 100 000 volumes, un cellier souterrain ainsi que plusieurs passages secrets et pièces à la dérobée qui raviront les enfants de tous les âges. Du sommet des tours, on a l’une des plus belles vues qui soit du centre de Toronto.

ontario-place-aerialL’Ontario Place est un autre parc d’attraction pour toute la famille formé de trois îles reliées entre elles par des ponts. Les enfants se donnent rendez-vous au Children’s Village, où les attendent des terrains de jeu, une piscine, des toboggans nautiques, des fusils à eau, des bateaux tamponneurs, un Centre Nintendo, un Lego Creative Centre, uncinéma et bien d’autres choses encore. Vous en entendrez parler longtemps.

Toronto Winterfest on the WaterfrontPendant la saison froide, généralement en février, le Toronto Winterfest est un festival extrêmement couru. Trois sites faisant bon accueil aux familles sont aménagés pour l’occasion à travers la ville. Des centaines d’artistes s’y produisent, parmi lesquels de nombreux patineurs dont les démonstrations éblouissent les foules.

Les amateurs de science ne voudront quant à eux pas manquer l’Ontario Science Centre qui abrite, attention! plus de 800 expositions différentes à la fois et où les visiteurs sont invités à faire leurs propres expériences. Avis aux mordus, les expositions interactives se répartissent en douze catégories : The Living Earth, Space, Sport, Communication, Food, A Question of Truth, The Information Highway, Technology/Transportation, The Human Body Science Arcade, Matter, Energy and Change, Earth. Facile à trouver (le musée est situé sur Don Mills Road), le problème serait plutôt d’arriver à en sortir…

Fort York

Les amateurs d’histoire n’allaient pas être en reste. Des soldats costumés, d’authentiques bâtiments militaires et une bataille en règle font de Fort York un lieu fort excitant. En été, outre la visite des baraques illustrant le style de vie des soldats qui les ont habitées, vous pourrez admirer des acteurs se livrant à des manœuvres militaires en costumes d’époque. Dans le même style, le Black Creek Pioneer Village, ouvert à l’année, présente des bâti- ments d’époque animés de personnages qui vaquent à leurs occupations quotidiennes comme dans le bon vieux temps. Attention, le lieu regorge de pirates!

Tout aussi passionnant, le Pier Toronto’s Waterfront Museum permet aux jeunes d’actionner des cornes de brume installées à leur intention dans la galerie des découvertes, elle-même aménagée dans la coque d’un bateau.

Hanlan's Point TorontoMais les marins d’eau douce de tout acabit ne voudront pas quitter Toronto avant d’en visiter les fameuses îles. En partance du port, le traversier vous y mènera en moins de 10 minutes. Trois traversiers, qui partent du Mainland Ferry Terminal, au pied de Bay Street, desservent les trois plus grandes îles, c’est-à-dire Hanlan’s Point, Centre Island et Ward’s Island. Une fois sur place, des ponts relient les îles entre elles. Vous pourrez les explorer à pied, à vélo, en patin à roues alignées ou à bord d’un mini-train sur roues qui cir- cule régulièrement entre le débar- cadère de Centre Island et Hanlan’s Point. En été, cette balade vous permettra de faire gratuitement une visite historique guidée. Vous pourrez louer une bicyclette sur Hanlan’s Point. Sur Long Pond, à l’est du pont Manitou, on loue aussi des canots, chaloupes et pédalos. Ne manquez pas de vous arrêter à la Centreville Amusement Area, un parc d’attraction tout à fait charmant datant du 19e siècle. Vous aurez le plaisir d’y trouver une grande roue à l’ancienne, des autos tampon- neuses ainsi qu’un joli carrousel datant des années 1890. Enfin, les enfants ne voudront sans doute pas manquer non plus la Far Enough Farm, un petit zoo peuplé d’animaux de la ferme qu’ils pourront caresser à satiété. De taille plus imposante, le Metro Toronto Zoo renferme également une zone désignée sous le nom de Littlefootland, où les tout-petits pourront se familiariser avec les lapins, poneys, moutons et autres.

TorontoPolicemuseumSherlock Holmes n’a qu’à bien se tenir, le Metropolitan Toronto Police Museum and Discovery Centre, situé au 40 College St., se propose d’initier vos jeunes à l’art de chercher des indices prélevés sur la scène du crime. On y présente des vitrines sur les empreintes digitales, des uniformes anciens, une voiture de patrouille et même un ancien panier à salade!

En Ontario, les enfants sont des héros. Aussi, où que vous vous rendiez à Toronto, des services ont été pensés en fonction des plus petits. L’excellent système de transport en commun com- portant métros, tramways, autobus et ferries permet d’explorer aisément et à prix modéré les centaines d’attractions que comporte encore la ville. En général, les enfants de cinq ans et moins ne paient pas, et les prix sont réduits à l’intention des moins de douze ans. Pour les activités et les spectacles, la même règle s’applique très souvent.

Royal_Ontario_Museum2À chacune de nos visites dans la métropole, mon fils me réclame à grands cris une visite au Royal Ontario Museum, que les Ontariens appellent le ROM. Si vous prenez le métro, descendez simplement à la station Museum. D’une qualité exceptionnelle, ce musée entièrement bilingue est incontestablement notre coup de cœur. Parmi les attractions préférées des familles, citons la Galerie des Dinosaures, comprenant 13 squelettes de dinosaures allant du féroce carni- vore Albertosaurus libratus au Parasaurolophus, un dinosaure à bec de canard, exposés dans un cadre reproduisant leur habitat naturel. La sombre et sinueuse Grotte des chauves-souris, reproduction exacte d’une grotte souterraine située en Jamaïque, abrite quelque 3 000 chauves-souris, plus vraies que nature, que les visiteurs peuvent observer en plein vol ou suspendues la tête en bas.

DinausorsLa nouvelle Galerie des découvertes est cependant la salle la plus prisée des paléontologues en herbe qui y vivront des aventures inoubliables. La première étape de cette galerie interactive comporte un véritable chantier de fouilles, inspiré de films d’archives relatant des expéditions sur le terrain. Avec son éclairage intense accompagné d’un fond sonore constitué de bruits d’insectes et de chants d’oiseaux authentiques, le «chantier» permet aux petits visiteurs de vivre l’expéri- ence comme s’ils y étaient. Sur un «terrain» jonché de caisses, ils sont notamment invités à retrousser leurs manches et, munis d’un casque et d’un piquet, à expérimenter la recherche de répliques d’os de dinosaures. Wow!

À proximité, d’autres fouilles ont été organisées, pour permettre cette fois aux futurs archéologues de creuser à la recherche de tessons de porcelaine témoignant de l’existence d’une civilisation ancienne. Plus loin, sous la lumière éclatante d’un laboratoire, les visiteurs sont invités à étudier au microscope toute une gamme de fos- siles et d’insectes plus étranges les uns que les autres ou encore à assembler un véritable squelette de chat.

Chinatown_toronto_spadina_avenueEnfin, vous ne voudrez pas quitter la ville avant d’avoir fait une balade dans les rues de son célèbre Chinatown. Toronto abrite en effet la deuxième communauté chinoise en importance d’Amérique, tout de suite après San Francisco. Fascinant et animé, le quartier en effervescence sept jours sur sept est délimité par University Street, Spadina Avenue, Queen Street et College Street.

POUR EN SAVOIR PLUS

Les voyageurs avertis se procureront avant de partir le guide de voyage ULYSSE consacré à Toronto. D’un pratique format de poche, il renferme une foule de détails indispensables à la planification d’une escapade en famille réussie. Je vous invite également à parcourir le site Internet du Royal Ontario Museum, le ROM (site en français), ainsi que le site officiel de la ville de Toronto (en anglais seulement).

Publicités

9 réflexions au sujet de « À Toronto, les enfants sont des héros! »

  1. Vous etes une femme formidable tout ce que vous faites est bien dommage que l’on a cette maudite vieille chipie entre nous deux avoir devinez je ne serais jamais allez au salon du livre et quand je vois la photos de vous et elle je ressens unspcte de alideur a cot de vous je regrette de vous avoir fair subie cette photo a part les blagues vos telephone se font de plus en plus rare mais je vous aime pareille BONNE NUIT ROLAND L’IRREMPLASSABLE

    Date: Thu, 9 May 2013 00:45:24 +0000 To: roland_de_quebec@sympatico.ca

      • J’ai la chance de pouvoir faire ce que j’aime, c’est-à-dire écrire. Ce n’est pas donné à tout le monde et je suis pleine de gratitude pour ce privilège. Mes enfants et moi ne sommes pas riches, mais je travaille de la maison et nos besoins sont modestes. Par ailleurs, nous n’aimons rien tant que de nous retrouver dans un bout du monde qui nous est inconnu. Écrire sur les voyages étaient donc une voie toute tracée. Je vends parfois mes articles. J’ambitionne de donner le goût des voyages et des autres à mes lecteurs et amis. J’aime aussi beaucoup ce que vous faites mon ami géographe. 🙂

      • a bon vous vendez des articles expliquez moi comment vous faite cela m’intéresse à qui les vendez vous car j’aimerai en faire mon métier ou du moins un complément de revenu?
        Je suis tout à fait d’accord avec vous l’essentiel est de faire ce que l’on aime, d’ailleurs Franck Guéry dit que si il ne sent pas l’amour entre lui et ses clients il ne réalise pas ce projet, l’amour c’est ce qui fait tourner cette terre et cette univers!

      • Je propose mes articles aux rédacteurs en chef de différents journaux ou magazines québécois. Il faut en vendre beaucoup pour arriver à tirer son épingle du jeu et la compétition est forte mais je fais ce métier de pigiste depuis plusieurs années déjà. Vous trouverez certains de mes articles publiés sous ce lien:
        https://roselinebrassetblog.wordpress.com/voyages/

        Dans la page d’accueil de mon blog, il y a une barre de menu avec mes articles et mes livres publiés. Merci pour le lien vers l’éditeur français! J’ai le vent dans les voiles en effet en ce moment et plusieurs projets sont en train de se concrétiser, dont une série de récits de voyages à l’intention d’un lectorat de pré-adolescents. Le premier livre de la série paraitra au début de 2014. 🙂 Je vous en donnerai des nouvelles en temps et lieu. Le personnage principal m’a été inspiré par ma propre fillette. 🙂 Vous avez raison, c’est l’amour qui fait tourner le monde, aide les projets à venir au monde et concrétise tout ce en quoi on croit. L’argent vient plus tard, par dessus!

      • L’argent est un outil on peut en vivre sans, mais lorsqu’un sculpteur se retrouve sans marteau, il ne peut rien faire et sa vie ne rimerait à rien.

        A c’est donc cela le métier de pigiste, je ne savais pas cela m’intéresse faudrait il que je trouve des rédacteurs qui souhaitent éditer des articles.
        Je retiens les conseils au plaisirs de vous relire madame Brasset Roseline.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s