Nice, la belle

Nice by night

Promenade des Anglais

Cinquième ville de France, capitale des Alpes maritimes et premier port de croisière français, Nice séduit tout d’abord par la douceur de son microclimat et l’exubérance de sa vie culturelle. Mais c’est la beauté de sa lumière qui y a retenu Matisse et Chagall, deux de mes peintres préférés. Bien plus que pour la plage, la Nord-Américaine que je suis y va pour prendre un bain… de culture. Sous cet angle, c’est au printemps que la ville est la plus séduisante.

Nice beach

Italienne jusqu’en 1860, la belle de la côte d’Azur est appréciée par les étrangers depuis des siècles. En fait, le tourisme demeure sa principale ressource économique, même si sa plage laisse plutôt à désirer quand on a l’habitude des Caraïbes… Sa capacité d’hébergement la classe pourtant tout de suite derrière Paris. Moi, j’aime m’y rendre hors saison. Nice mérite encore et toujours que l’on s’y abandonne, que l’on se perde en flânant dans les ruelles de sa vieille ville, que l’on arpente la célèbre Promenade des Anglais avant de pénétrer au cœur de la cité à la découverte de son patrimoine architectural et culturel et de ses 300 hectares de somptueux parcs et jardins, forêts communales et espaces verts qu’enjolivent 150 bassins et fontaines.

berlioz

Berlioz

ELLE ENVOUTE LES ARTISTES DEPUIS LONGTEMPS

Matisse, Chagall, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Dufy, Renoir, Picasso, Prévert, Nietzsche, Aragon, Tolstoï, Maupassant et des musiciens comme Berlioz, Bizet et Massenet ont eux aussi éprouvé une réelle fascination pour cette ville, sans compter les nombreux architectes dont Nice porte fièrement l’empreinte. Pour peu que vous sachiez marcher avec les yeux en l’air, vous découvrirez des merveilles!

musee_matisse_nice_

Le Musée Matisse

Henri Matisse y vint pour la première fois en 1917, à l’âge de 47 ans, et logea d’abord à l’hôtel Beau Rivage. Séduit par la limpidité de la lumière, il y eut plusieurs résidences avant de s’installer définitivement sur la colline de Cimiez. Peu avant sa mort, en 1954, il légua à la ville un ensemble de tableaux qui constituèrent la base du musée Matisse, situé au 164, avenue des Arènes de Cimiez. La collection de ce musée permet de découvrir toutes les époques de l’artiste. Elle compte aujourd’hui 68 peintures et gouaches découpées, 236 dessins, 218 gravures, 57 sculptures et 187 objets ayant appartenus au peintre. Un incontournable!

MuséeChagallNice

Musée Chagall

Marc Chagall a également son musée à Nice. Dès son plus jeune âge, celui-ci se passionne pour la Bible. À partir de 1930, il travaille à sa représentation. Le musée du Message biblique de Nice, situé au 16, avenue du Docteur-Ménard, est l’aboutissement de cette quête spirituelle. « J’ai voulu laisser mes tableaux dans cette maison pour que les hommes essaient d’y trouver une certaine paix, une certaine religiosité, un sens à la vie,» a-t-il écrit. Avec cet ensemble exceptionnel, le peintre de l’apesanteur célèbre les joies, les peines et les miracles de la vie sur terre. Des scènes bibliques sont illustrées sur 17 grands tableaux, sculptures, vitraux, mosaïques et tapisseries, 205 esquisses préparatoires, 39 gouaches, 105 gravures et 215 lithographies. Somptueux! 

PEILLE-06

Villa de Peille

AU COEUR DES COLLINES, LA TRADITION

VignobleAux abords de Nice, le paysage s’étage en terrasses de vergers et de vignes. Végétation généreuse, vallons, oliveraies, châtaigneraies, panoramas époustouflants, villages médiévaux haut perchés, églises baroques, chapelles et sanctuaires forment l’arrière-pays niçois où la tradition a gardé une influence vivace. Légendes, pèlerinages et fêtes de pays continuent en effet d’imprégner la vie locale.

peille-france-provence-alpes-cote-d-azur_93590

Village de Peille

Tout autour, on compte une vingtaine de villages perchés ou fortifiés dont Peille, Peillon, Sainte-Agnès, L’Escarène et Utelle, pour ne nommer que ceux-là. Vous prendrez plaisir à déambuler au gré des marchés et des ruelles, à goûter aux spécialités locales, comme l’huile d’olive ou le miel, à découvrir le travail des artisans et des artistes locaux, et à découvrir les trésors qu’abritent certaines églises baroques perdues dans la montagne. Visiter Nice un jour, c’est vouloir y retourner toujours, voire y finir ses jours… Quant à moi, n’ayez crainte, je vous reviens mercredi prochain ! En fait, mon prochain billet vous parviendra de San Francisco où je m’envole dès le début de la semaine.

Arrivederci amico !

AUTRES ADRESSES UTILES 

www.nice.fr

www.nicetourisme.com

Publicités

2 réflexions au sujet de « Nice, la belle »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s